Tél. (+352) 26 51 10 88  --    E-mail : info@hatari.lu

Jean-Pierre Thilges, journaliste professionnel, critique et chroniqueur audiovisuel

Biographie

Né en mars 1953 dans la ville frontière de Dudelange, au Grand-Duché de Luxembourg, Jean-Pierre Thilges, fils d’un ouvrier sidérurgique et d’une mère mélomane, est tombé, comme Obélix, dans une marmite pleine de cinéma à l’âge de 5 ans, lorsque sa grand-mère l’emmena une toute première fois dans un des trois cinémas de la ville (Lutetia, Roxy, Palace) pour découvrir un de ces films musicaux allemands qui faisaient fureur à l’époque, « Die Beine von Dolores », avec la danseuse luxembourgeoise Germaine Damar qui était en train de faire carrière outre-Rhin à ce moment-là.

Irrémédiablement infecté par le virus du cinéma (et celui des longues jambes de femmes), il s’est rapidement transformé en bouffeur de pellicule et rat de cinémathèque qui, dès 1972 et un premier article sur « Singin’ in the Rain » publié dans les colonnes du Tageblatt, a régulièrement contribué à toutes sortes de publications nationales et internationales sur le cinéma et la télévision et, plus tard, sur la vidéo, le laserdisc, le dvd et le BluRay. Comme tout Luxembourgeois qui se respecte, après une brève apparition dans les aciéries de l’ARBED, il a fait carrière pendant une bonne vingtaine d’années dans le secteur bancaire, où il sévit en tant que cambiste et courtier en devises, avec, toujours en parallèle, des publications régulières dans la presse luxembourgeoise et internationale.

Il cofonda le Ciné-Club LAV et le « 7e Art Film Team » à Dudelange, tous deux longtemps défunts, fut un des initiateurs de la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg (via les « Amis de la Cinémathèque »), un membre très actif du Ciné-Club LGL d’Esch-sur-Alzette, du Ciné-Club 75/80 à Luxembourg Ville et cofondateur du Ciné-Club Close-Up au Cinéma Europe en ville. Suite logique de son évolution, il fit partie de la bande de dingues qui – après avoir construit le Cinéma Utopia à Limpertsberg, dont le succès perdure à ce jour – s’est lancée dans le projet que tout le monde (ou presque) qualifia de folie, le multiplex Utopolis au Kirchberg, qui fit définitivement basculer le paysage audiovisuel luxembourgeois dans le 21ième siècle. D’autant plus que, dès 1980 et les premières toiles d’Andy Bausch et de l’AFO, ce qu’il est désormais permis d’appeler le « cinéma luxembourgeois » prit également son essor et connut le développement spectaculaire auquel nous assistons aujourd’hui.

 

Depuis 1980, il assiste chaque année au Festival de Cannes, et, depuis 1986, à celui de Berlin. Il publia (et publie, via Hatari Publishing) des articles dans le Lëtzebuerger Land, le Tageblatt, le Républicain Lorrain, la Revue, la TéléRevue, le TéléHebdo, De Programm, Le Jeudi ou le Quotidien et – sous un pseudonyme féminin, motus et bouche cousue – dans le Neie Feierkrop. Pendant plus de 20 ans, il fut également l’éditeur responsable du magazine de cinéma Utopolis et Utopia, le Graffiti, publié par la Revue. Plus récemment et pendant deux ans, son autre passion étant les pays lointains, il assura la rédaction en chef du magazine de voyages Check In pour les éditions Revue.

Sur les ondes de RTL Radio Lëtzebuerg, il a parlé cinéma à la fin des années 1980 (en langue anglaise) avec Stuart Henry (décédé en 1995) et, plus tard, en Luxembourgeois avec Caroline Mart. De nos jours, on l’entend régulièrement sur les ondes de RTL en tant que critique et chroniqueur de cinéma et on retrouve également ses articles en langue luxembourgeoise sur le site web de RTL, www.rtl.lu. Il rédigea le seul livre de sa carrière pendant le tournage de « Schacko Klak » pour l’éditeur Francis Van Maele, collabora plusieurs années au « Lëtzebuerger Almanach » et, à l’international, fut correspondant luxembourgeois pour le International Film Guide publié par Peter Cowie. Il est régulièrement sollicité par des organes de presse étrangers pour des articles sur le cinéma made in Luxembourg.

Il fut également, pendant de longues années, secrétaire de la Commission de Surveillance des Cinémas au Luxembourg. Enfin, il était membre du comité exécutif du Luxembourg Film Fund pendant plusieurs années.

En 2010, il fonda la société Hatari Publishing sàrl qui regroupe certaines activités journalistiques (avant tout sur le cinéma) et qui s’est spécialisée dans la traduction de scénarios, le doublage (traduction) en luxembourgeois de films ou de séries télévisées (Pinocchio, De ganz grousse Bier, The Simpsons) ainsi que le sous-titrage de productions luxembourgeoises ou internationales. Il est notamment le sous-titreur attitré de la série de documentaires « Rout Wäiss Gro » pour RTL et Calach Films et a récemment sous-titré, entre autres, « Die Nacht der 1000 Stunden » de Virgil Widrich, « La Supplication/Voices from Chernobyl » de Pol Cruchten, « Streik » de Andy Bausch, « Foreign Affairs » de Pasha Rafiy, « Sunset Song » de Terence Davies, « Mammejong » de Jacques Molitor, « Baby(a)lone » de Donato Rotunno, « Black Harvest » de Jean-Louis Schuller, « Mammal » de Rebecca Daly et « Tip Top » de Serge Bozon.

En 2011, il rencontra, pour la première fois en chair et en os, celle qui, en avril 1958, avait allumé sa flamme pour le cinéma, Mademoiselle Germaine Damar. En mars 2014, il eut la grande joie de tenir en mains (pendant quelques secondes) le premier Oscar remporté par le cinéma luxembourgeois pour le court-métrage d’animation « Mr Hublot » ,réalisé par Laurent Witz et Alexandre Espigares. L’aventure du cinéma luxembourgeois qui avait commencé dans les années 1970 avec les premiers court-métrages de Andy Bausch ou de AFO Films a - en quelque sorte - bouclé une boucle avec cet Academy Award © amplement mérité.

Références présentes et passées : RTL; www.rtl.lu ; Revue/TéléRevue/www.revue.lu; Tageblatt/De Programm; Le Quotidien/ Programme Télé-Ciné; De Feierkrop; Le Jeudi; Lëtzebuerger Land; Check In Travel Magazine; International Film Guide ; Variety ;  Europa Cinemas Rimini/Bari; cineuropa.org ; Service Information et Presse ; Lëtzebuerger Almanach; Iris Productions ; Calach Films ; Les Films Fauves ; Red Lion, Paul Thiltges Distributions ; Jang Linster Studios ; Cinémathèque de la Ville de Luxembourg ; Doghouse Films ; Amour Fou Productions ; Casino Luxembourg ; Samsa Film ; M(a)G Solutions; Comed ; Talk Finance ; CSV ; DP ; etc.